Otriris

Otriris, c’est la petite sœur d’osiris, la dernière, la petite folle. L’excentrique.
C’est celle qui s’amuse à attacher des fils de couleurs à la queue du chat.

Quand il secoue sa queue dans tous les sens pour mieux les attaquer, joueur insensé, ou s’en débarrasser, bougon ainsi qu’un chat sait l’être, et qu’il fait virevolter tous ces fils, ça la fait rire. Ça la fait voyager.

Alors parfois pendant le temps du voyage, elle ferme les yeux. Et, pour ces instants au moins elle regarde le monde en face. Du moins elle regarde que sous un seul angle à la fois. C’est bien. Ça change.

Otriris est comme sa plus grande soeur, Isis, d’une beauté incroyable, une beauté entière, supérieure à l’idée en soi de la beauté platonicienne. Elle est drôle et tendre et pleine de ressources.
Elle a pourtant été « écartée » car son regard dérange. Il rend les autres mal à l’aise.
Quand elle est a giseh, et qu’elle se tient droite face au profil ouest du sphinx, son œil droit voit la patte avant droite de la créature et son œil gauche contemple une pyramide.
Ces yeux qui ne regardent pas dans la même direction, les autres trouvent ça bizarre…ils disent qu’elle ne peut pas voir, ou pas correctement, que son regard est biaisé et par extension sa perception du monde aussi…ils pensent qu’elle ne voit pas la vérité.
Moi je trouve que c’est ça qui est étrange, c’est ça qui me met mal à l’aise mais bon….

Alors peu à peu…elle s’est retrouvée seule, même Osiris l’a délaissée, trop occupé à faire partie de la mythologie.
Son seul ami était le vieux jardinier de son père. Lui, il trouvait ça plutôt utile d’avoir une jeune amie qui regarde les choses autrement. Elle avait l’étrange faculté d’observer une limace s’approchant lentement d’une laitue d’un œil et de guetter les oiseaux voulant manger des cerises de l’autre.
Le vieux jardinier disait qu’elle avait un pouvoir. Le cyclope était à plaindre, pas elle, celui qui possèderait un troisième œil l’envierait tout de même, sans aucuns doutes.
Ils riaient beaucoup tous les deux.
Elle était capable de toutes les facéties, et de toutes les singeries possibles et capable d’être toute calme, élégante, belle dans sa grandeur de femme, ayant les gestes les plus doux et raffinés.
Et parfois elles s’amusait à loucher.
Elle louchait a l’envers. Ses yeux venaient se fixer au centre de leurs orbites et regardaient droit devant eux. Au regard du chanceux qui se trouvait en face s’offrait alors le plus beau des cadeaux. Une âme toute pleine, concentrée dans ces deux pupilles, absolue, une connection unique.

Le vieux jardinier, ça le faisait sourire rien que d’y penser. Il était bien plus riche que tous les pharaons de tous les continents réunis car il était le seul à connaître ce trésor.

 

erwan tout court.

IMG_3111.JPG

IMG_3112.JPG

IMG_3113.JPG

IMG_3114.JPG

IMG_3115.JPG

IMG_3117.JPG

IMG_3118.JPG

IMG_3119.JPG

Publicités